Archive | septembre, 2013

Réformes des rythmes scolaires: C’est le chaos ! Les petites communes devront supporter le financement de cette réforme !

26 Sep

Chère Amie, Cher Ami,

La réforme des rythmes scolaires, voulue par François Hollande et Vincent Peillon, a été mise en place pour 20% des élèves du primaire à la rentrée 2013. Son application se révèle être terriblement chaotique.

D’abord cette réforme n’est pas financée. Pour 2013, son coût est d’environ 150€ par enfant, voire j trois fois plus dans certaines zones rurales peu dotées en infrastructures. Dans la plupart des cas, les aides de l’Etat ne suffisent pas à couvrir ces frais. Pour la rentrée 2014, aucun financement ne semble pour l’heure assuré pour les 80% des communes restantes qui devront mettre en place la réforme.

Une large part du poids financier de la réforme sera donc à charge des communes, dont la plupart ne peuvent faire face, sauf à augmenter les impôts locaux, ce qui est inacceptable dans le contexte de matraquage fiscal subi par les Français. Est-ce d’ailleurs un hasard si le gouvernement est passé par un décret et non par une loi pour faire passer ce texte ? Il s’agit d’un transfert non financé de compétences de l’Etat aux communes, ce qui n’est pas constitutionnel. Une loi aurait pu faire l’objet d’un recours devant le Conseil constitutionnel et probablement d’une censure sur la base de l’article 72-2 de la Constitution.

Ensuite, cette réforme a été mal préparée. Il y a des difficultés à trouver des activités périscolaires valables pour remplacer les heures de cours. Est-ce pertinent d’un point de vue pédagogique de remplacer le temps d’apprentissage par de « l’initiation aux claquettes » ou de «l’initiation Hip Hop » ? La diverse qualité des activités périscolaires proposées risque d’ailleurs de renforcer les inégalités entre élèves. Beaucoup d’écoles subissent une désorganisation préoccupante en termes d’encadrement, d’horaires et de programmes. Faute d’avoir bien été organisée en amont avec toutes les parties intéressées, l’application de la réforme se traduit par un désordre anxiogène pour tous : personnels enseignants, parents et élèves, à commencer par les tout-petits en maternelle. Certains syndicats se sont mêmes alarmés de problèmes en matière de sécurité et d’hygiène.

Dans ce contexte, nous ne pouvons pas laisser les maires, les personnels enseignants, les parents et leurs enfants seuls face à tant d’incertitudes. Notre devoir est de réagir pour améliorer la situation dans nos écoles.

C’est pourquoi j’ai officiellement demandé à François Hollande de reporter l’application de cette réforme tant qu’elle n’est ni financée ni correctement organisée. Je vous invite donc à signer et à faire signer autour de vous la pétition que je viens de lancer pour le report de la réforme des rythmes scolaires !

 

Merci de votre soutien !

Avec ma fidèle amitié,

Jean-François Copé
Président de l’UMP

Baromètre JDD : la popularité de Hollande au plus bas

22 Sep

SONDAGE – Après trois mois de remontée dans le baromètre Ifop/JDD, le président de la République chute de cinq points et tombe à 23% de Français satisfaits de son action. Il s’approche du record historique d’impopularité sous la Ve République (22%) atteint par François Mitterrand en décembre 1991.

 

François Hollande sur TF1

 L’intervention de François Hollande sur TF1 n’a pas suffi à faire remonter sa popularité. (Reuters)

76% de Français mécontents et 23% de satisfaits : c’est le sombre tableau de l’opinion à la sortie de l’été pour François Hollande. Il bat son record de gens « mécontents » de son action et tombe au plus bas en termes de popularité. En perdant 5 points, il passe de 28 à 23%. Jusqu’à présent, il avait atteint son plus mauvais score en avril 2013 au plus fort des manifs contre le mariage pour tous. L’actuel Président se rapproche dangereusement du record d’impopularité de la Ve République atteint par François Mitterrand en décembre 1991 au moment de l’échec d’Edith Cresson à Matignon.

Toujours dans le registre de la comparaison, son prédécesseur socialiste affichait 42% de popularité en septembre 1982. Six mois plus tard, il essuyait un grave revers électoral aux élections municipales. Pour François Hollande, ce sondage marque un vrai ressac après trois mois de lente remontée dans ce baromètre. Sa cote s’effondre chez les employés (-9) et les ouvriers (-8). Il ne dispose plus que de 20% de satisfaits chez les salariés du privé. Enfin, le nombre de mécontents monte à 37% chez les sympathisants PS.

Deux raisons sont pointées par Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop : « L’effet fiscal et l’action du Président sur le dossier syrien désapprouvée par les Français. » La gestion ratée de ce dossier explique sans doute l’écart qui se creuse avec Jean-Marc Ayrault dont la cote reste stable (30%) et inchangée depuis trois mois. Dernier constat : la deuxième de cette enquête a pris en compte l’intervention télévisée du chef de l’Etat dimanche dernier sur TF1. Cela ne lui a pas permis de gagner le moindre point. Preuve d’une inquiétante et prématurée usure de la parole présidentielle.

Bruno Jeudy – Le Journal du Dimanche

 

L’Analyse de ADVRL  :

Les éternelles hésitations de Hollande associées à l’absence totale de vision pragmatique, englué qu’il est dans sa vision dogmatique de  social-démocrate, ne permet pas à la France de bénéficier des premiers signes de reprise, bien au contraire.

Le matraquage fiscal n’est que la conséquence du manque de réforme pour diminuer la dette d’Etat, collectivités locales incluses. Faute de réforme la dette ne baissera pas et ne pourra être financée que par l’impôt.

La pause fiscale n’existera donc ni en 2014 ni en 2015 sans changement de méthode. La réforme des retraites n’est qu’un nouvel impôt malgré les tentatives désespérées du gouvernement de nous expliquer le contraire.

La cacophonie gouvernementale sur la pause fiscale montre à quel point ce gouvernement navigue à vue. Les prochaines élections municipales seront à ce titre le premier message à envoyer à ce gouvernement incapable de prendre les mesures nécessaires pour maintenir le pouvoir d’achat des Français.

A Abzac, nous présenterons des candidates et candidats qui porteront et défendrons ces valeurs. Nous solliciterons vos votes afin de faire infléchir la politique suicidaire de ce gouvernement.

 

Le président d’ADVRL

Le Gouvernement socialiste matraque les Français par une imposition fiscale sans précédent

21 Sep

Chère Abzacaises, cher Abzacais,

Alors que les avis d’imposition viennent de parvenir dans nos foyers, je veux, avec vous, dénoncer avec force la dramatique escalade fiscale à laquelle nous assistons depuis l’élection de François Hollande.

Après une augmentation des impôts de 34 milliards d’euros l’an passé, le gouvernement rajoute encore 6 milliards d’euros supplémentaires à une pression fiscale déjà largement inacceptable.

Jamais les Français n’ont autant été écrasés de taxes, d’impôts et de charges !

En 2014, la France n’occupera pas la première place en Europe pour la baisse de son chômage mais bien pour la hausse des prélèvements. Cette place « de choix », je ne vous l’apprends pas, signifie très directement une baisse de niveau de vie pour les Français, donc une baisse de la consommation, une augmentation du chômage ! Autrement dit, une véritable asphyxie pour notre économie.

Pour sauver notre économie et nos emplois, il n’y a qu’une seule solution : dénoncer avec force toutes les hausses d’impôts et de charges décidées par le gouvernement socialiste.

Quand François Hollande fait le choix de l’impôt et de la récession, notre groupe fait le choix de s’y opposer avec force afin de préserver le pouvoir d’achat des Abzacaises et des Abzacais et de défendre la croissance et la compétitivité !

Si vous aussi vous voulez dire haut et fort que vous êtes totalement contre l’escalade fiscale provoquée par la Gauche, je vous invite à nous soutenir dans notre travail quotidien de dénonciation de la politique gouvernementale.

Nous proposerons dans notre programme pour Abzac, une politique fiscale qui préserve le pouvoir d’achat de nos concitoyens, une politique fiscale qui dynamisme notre économie locale en favorisant le retour d’entreprises majeures sur notre commune, mais aussi une politique fiscale qui agira afin que nos efforts ne soient pas contrecarrés par la folie dépensière actuelle de la Communauté d’Agglomération de Libourne (la CALI) et du Conseil Général dont les politiques fiscales pèsent chaque année un peu plus sur vos feuilles d’impôts.

Nous aurons l’occasion d’en reparler au cours de la campagne des municipales ! En route pour Abzac Horizon 2020.

 

Le président  d’ADVRL

 

Cet article est composé en partie d’un texte de JF Copé

 

Le Conseil Général de la Gironde a publié la carte du redécoupage des cantons : C’est le grand charcutage électoral voulu par le PS !

19 Sep
La carte proposée par le préfet pour le découpage des cantons à partir de 2014

La carte proposée par le préfet pour le découpage des cantons à partir de 2014

Le Préfet a transmis au Président du CG33, la copie de ce qui sera le futur découpage des cantons à partir de 2014. Pour mémoire il s’agit de faire passer la Gironde de 63 cantons à 32.  A l’occasion du renouvellement général au printemps 2015 des conseillers départementaux, nouvelle appellation  de feu les conseillers généraux, les électeurs verront se présenter aux suffrages un binôme mixte, une femme et un homme, chacun doté d’un suppléant du même sexe.

Le ministre de l’intérieur avait donné des garanties en terme de regroupement afin que certains équilibre soient conservés, comme regrouper des cantons de la même circonscription électorale, dans les limites des mêmes intercommunalités (Agglo, CDC,etc…).

Il n’en sera rien ! Pour notre territoire de la 11ème circonscription, la proposition sera de regrouper les cantons de Coutras 22800 Hab., Guîtres 16200 Hab. et Lussac 8166 Habitants soit un canton d’environ  48 200 Habitants alors que la taille moyenne avait été fixée à 42 000.

La problématique provient du rattachement de Lussac qui cumulent deux inconvénients majeurs. Ce canton est situé sur la 10 ème circonscription, celle de Libourne alors que notre 11ème circonscription est composée en grande partie du territoire de la Haute Gironde donc du Blayais.

Mais au delà de cette difficulté c’est surtout le non-respect des bassins de vie qui est flagrant. Comment concilier les problématiques de Lussac ou Montagne, tournées vers le bassin de vie de leur voisin St Emilion,  avec des communes comme Lapouyade  (canton de Guîtres) voisine et limitrophe avec la Charente Maritime ou St Christophe de Double (canton de Coutras) dernière commune girondine limitrophe avec la Dordogne.

Il paraît difficile de trouver des points de convergences  entre ces deux secteurs géographiques que rien ne rassemblent. On pourrait se poser alors la question du Pourquoi ?

J’ai pour ma part une réponse, et elle porte un nom : Manipulation électorale !

En effet le canton de Lussac compte un conseiller général de Droite, Pierre Yerlès. Les deux autres cantons sont eux tenus de longue date par le PS. Alain Marois pour Guîtres et Pierre Barreau (récemment décédé) pour Coutras. Compte tenu du faible poids de Lussac dans ce regroupement, environ 17% de la population, on comprend l’intérêt  pour le Parti Socialiste qui a agit en coulisse sur ce dossier, à tel point que l’opposition au Conseil Général a été complètement écarté des travaux et n’a eu accès qu’au document final du Préfet. C’est un déni de démocratie !

Dors et déjà nous sommes « vent debout » contre cette réforme. Nous utiliserons tout les échéances électorales à notre disposition, dont les municipales, pour dénoncer ce hold-up électoral par le Parti Socialiste  Girondin.  Dans l’intervalle le groupe d’opposition de droite au Conseil Général, Gironde Avenir, a lancé une pétition auprès des élus locaux afin que ce projet soit revu dans des conditions démocratiques, à savoir avec la participation de tout les acteurs de la vie politique girondine.

Notre vision républicaine de la vie publique ne peut se satisfaire de ce coup de force des socialistes girondins, qui sous la pression des sondages qui  sont particulièrement défavorables , tente par tout les moyens de limiter leurs pertes électorales.

Nous entrons en résistance contre ce projet !

Le Président de l’ADVRL

carte_gironde